Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Wednesday, December 23, 2015

La ministre Stéphanie Balmir Villedrouin se souvient de Jérémie…..

Par:Max Dorsimond
Texte non publié. Ce texte écrit depuis octobre 2013, n’a pas été publié. J’ignore la raison. Par hasard, je l’ai retrouvé et j’en profite pour partager ces réflexions avec mes lecteurs.

Compétente jusqu’au bout des doigts, à l’entendre parler de ses projets, on voudrait  naturellement l’embrasser, lui dire merci, madame la ministre. Ce n’est pas une ministre «tèt chat». Donnons à César ce qui est à César et à Stéphanie ce qui lui revient de droit. Sa performance me fait penser au contenu du dernier texte que j’avais écrit durant mes vacances d’hiver écoulées là-bas, sur les plages des Arcadins : Haïti - Vers un multilinguisme intégral  (1 et 2).

Ces jeunes étudiants qui reviennent au bercail
Quand on envoie nos jeunes étudier, se perfectionner et travailler à l’étranger, ils reviennent avec une autre vision de la chose publique ou privée, boursouflés de compétences et d’expériences que le pays en déficit de professionnels ne peut se permettre d’ignorer. Tel est le cas présent. Multilingue et très à l’aise devant la caméra, Stéphanie nous en met plein la vue. Diplômée en hôtellerie, aucun secret du métier ne lui semble étranger. C’est de l’argent bien investi. Un retour sur le capital bénéfique pour Haïti. Pendant plus de trente minutes, à Montréal, diapo à l’appui, elle tient son auditoire sur la brèche, en plein hiver, un timing bien choisi. Tout en contrôle, elle leur vend du soleil et une Haïti toute neuve. En visionnant la vidéo, j’étais loin de douter que je serais déçu,  j’étais suspendu à ses lèvres comme par magie pour l’écouter énumérer ses projets avec le secret espoir d’entendre le mot Jérémie, le patelin oublié  de son padre, la cité outragée. Nada! Silence total. Peine perdue.  Cliquer sur la vidéo suivante:
L'APOTHÉOSE DE LA PERLE RETROUVÉE

Hélàs! Déception et amertume. Si  le mot «Jé» est sorti de sa bouche, c’est peut-être «Je pete Klere, wa yan». Il n’y a rien pour ce trou perdu.

Un regard rétrospectif sur l’oncle Harry Balmir de Jérémie
Je ne sais pas, permets-moi de rêver! Son feu oncle, Harry, lui a-t-elle parlé de la bastonnade, de cette raclée que cette ville lui a flanquée pour avoir été un «ti-rouge», un rougeaud? Lui-a-t-elle dit de laisser fondre cette ville comme la neige au soleil, car les sauvages qui y résident ne valent pas la peine d’être secourus? Je ne sais pas, je continue de rêver. Oncle Harry a sans doute montré ses fesses noircies et ses stigmates à la jeune Stèph qui a été émue jusqu’aux larmes et qui s’en souvient encore au moment venu. Elle a parlé du sud, de Jacmel, des Cayes, des Côtes de fer, des aéroports futurs aux Cayes et à l’île-à-Vache. Elle a montré des images du futur.

Le cauchemar – Jérémie s’est mal réveillée.
Malheureusement, elle n’a nulle image du passé pour montrer Jérémie, elle est dans sa tête. Ce sont les fesses meurtries de l’oncle Harry, la bastonnade, l’humiliation, l’oncle nu devant le tonton macoute. AH! Si Jérémie savait que la nièce l’aurait bernée aujourd’hui. «Yo pa Kalé moun lespri! Na regrèt pita» Et puis voilà. “Pita” est arrivé trop vite. Excusez, je rêve encore. Jérémie, c’est la brousse. Un lieu pour aller en safari africain. Sans doute, Stéphanie, a-t-elle un programme de safari dans sa tête. Sans doute, voudra-t-elle montrer aux touristes les anciens lions de Jérémie, les anciens tigres, les anciens léopards, les anciennes pintades en bleu et rouge, Les anciens crocodiles qui ont failli dévorer son oncle après avoir dévoré des familles entières. Stéphanie se souvient de Jérémie, mais à l’envers. La Jérémie de ces cauchemars.

Excusez-moi, je viens de me réveiller!

Par: Max Dorismond mx20005@yahoo.ca
Laval, Oct 2013
Max Dorismond