Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Sunday, April 19, 2015

Le nom des habitants de nos communes

Ou
S’il faut appeler un chat, un chat…

Par :Louis J. Auguste, MD
Louis J. Auguste, MD
Le langage est cet instrument merveilleux qui permet d’établir un lien bidirectionnel entre une entité,  physique ou spirituelle, une idée c’est-à-dire une évocation mentale et un médium pour l’exprimer et permettre de partager cette représentation intellectuelle avec l’autre.  Ce langage peut être musical ou graphique.  Alors, cette expression, comme par exemple dans le domaine artistique, peut offrir une variété infinie.  Pour l’illustrer, nous n’avons qu’à nous référer à tous les tableaux peints à travers les siècles, dans tous les pays, utilisant le cubisme, l’impressionisme, l’art abstrait, la peinture naïve ou autre, mais tous visant à célébrer “ la Femme.”  Cette liberté d’expression s’étend aussi dans le domaine de la linguistique, quoique ce soit à un niveau plus limité.  L’idée par exemple de faire passer un liquide de la bouche à l’estomac en passant par le pharynx et l’œsophage peut s’exprimer par les mots: avaler, boire, ingérer, etc.…  

Le nombre de mots exprimant une certaine entité est parfois utilisé par les linguistes pour définir les préoccupations principales d’une culture donnée.  Sans prétendre être un linguiste, je peux offrir en guise d’illustration le nombre de mots décrivant l’organe génital de la femme dans notre Créole haïtien. Je laisse au lecteur le soin de les énumérer.  Cependant la linguistique nous enseigne aussi que chacun de ces mots s’associe à une connotation particulière qui rend le mot unique dans sa capacité d’exprimer une idée. Bien que « entendre » et « écouter » évoquent une activité perceptive de l’ouïe, le puriste nous dira que “écouter” en fait c’est entendre en prêtant attention.
 
Haïti, un pays d'une rare beauté, à découvrir
Il en est de même pour la provenance des individus qui pour une raison ou pour une autre revêt une importance particulière dans leur dossier démographique ou biographique.  Est-ce une expression de patriotisme ou de chauvinisme? Je ne saurais le dire.  Cependant, il est clair que même de nos jours, l’homme du Sud des Etats Unis d’Amérique pense avoir très peu en commun avec le Yankee du Nord et n’hésite jamais à souligner son origine.  Encore une fois, la raison de cet antagonisme n’est pas le focus de notre discussion.  Néanmoins, au cours des ans, le puriste s’est évertué à identifier proprement les habitants de différentes régions du globe.  Si par exemple, le citoyen de la France ou de l’Italie s’appelle français ou italien, par contre ceux de la Principauté de Monaco s’appellent “Monégasques” et ceux de Madagascar s’appellent “Malgaches.”  Etant Haïtien, naturellement, j’ai été préoccupé pendant longtemps par l’appellation spécifique des habitants de chacun des coins et recoins de notre île.

Haïti est un pays où le paysage et la verdure ne font point défaut
Je crois déjà entendre la réponse de certains de mes compatriotes qui sans aucune hésitation me diront que c’est très facile.  Il suffit d’ajouter “ien” au nom de la ville ou du village et tout est réglé.  N’est-ce pas qu’on dit : «Port-au-Princien,”  “Gonaïvien,” “Jacmélien ” etc.…  Mais pas si vite, je dirais.  On ne dit pas “Capiens” ou “Pétionvillien.”  Bah! Diront-ils. Qu’à cela ne tienne! C’est ou bien “ien” ou “ois.”  Nous savons que c’est Capois et Pétionvillois.  Ah! Ah! Et ceux de Léogâne? Diront-ils, les noms se terminent toujours  en “ien”, “ois”, ou “ais.” Ainsi, on a résolu le problème des Léoganais et des Ranquittais.  Et le tour est joué! Mais pas si vite, les adjectifs en “iens” (30%), ceux en “ois” (31%) et ceux en “ais” (24%) ne représentent en tout que 85% des noms des différents citadins ou villageois d’Haïti.  Pour le reste, il faut faire appel au latin pour savoir que Croix vient de Crus, Crucis, que Plaine vient de Campus, Campi et Plaisance de Placere (plaire). Alors on saura que l’habitant de la Croix des Bouquets est un “Crucien,”  que celui de la Plaine-du-Nord est un Campinordais et que celui de Plaisance est un Placentin.   

La carte d'Haïti

Dans d’autres cas, il faut évoquer le passé historique de la commune pour comprendre par exemple que Fort-Liberté, du temps de la colonie, s’appelait “Fort-Dauphin”, de sorte que nonobstant que la guerre de l’indépendance a été gagnée par nos aïeux en 1804, l’habitant de Fort-liberté est encore un Fort-Dauphinois.  Un anachronisme qui n’est pas sans me rappeler que jusqu’en 1904, l’on jouait encore la Marseillaise à l’occasion des fêtes officielles du gouvernement ! Pour le reste, il me semble que les géographes se sont assis un jour autour d’une bouteille de Barbancourt ou de « bois-cochon » et après plusieurs coups, ils ont laissé libre cours à leur imagination.  L’individu qui a eu la chance ou le malheur de naitre à Anse- à -Foleur est un Anse- à -Folois.  Si on est né à Bonbon, on est un Bonbonnais.  Je me suis demandé pourquoi pas un Bonbon.  Fort heureusement, le citoyen de Moron a été baptisé un Moronnais…  Ils n’ont pas cependant fait la différence entre les habitants de Saint-Louis du Nord et Saint-Louis du Sud, puisqu’ils s’appellent tous Saint-Louisiens. Cependant mon favori est le suivant : l’habitant de Grand-Gosier est un … Pélicanais. Cette découverte m’a valu un éclat de rire bien sonore.  Je connais très bien notre oiseau marin portant ce nom, mais tout de même… Pélicanais!!!  Cette quête s’est avérée plutôt compliquée, certainement plus compliquée que notre Créole ou le problème peut se résoudre si facilement par l’expression “moun” suivi du nom de la ville: moun okap, moun senmak, moun tigwav, etc..’ Mais le français n’est-il pas plus imagé!
Au hasard de ma mémoire, je rappellerai aux intéressés que Fabre Nicolas Geffrard était un Ansa-Velais, Louis Jean-Jacques Acaau était un Aquinois, le colonel Demosthène Calixte un Fort-Dauphinois, Dumarsais Estimé un Verrettien, Benoit Batraville un Mirebalaisien, Othello Bayard un Cayen, le général Léon Cantave un Maïssadien et le Dr. Guy Theodore un Pignonnais.

Nous attachons ci-après la liste exhaustive de toutes les communes d’Haïti et le nom de leurs habitants, pour que désormais nul ne l’ignore. 

Le Nom des Habitants des Communes Haïtiennes

Départements
Arrondissements
Communes
Noms des habitants
OUEST
Port-au-Prince






Léogâne



Croix-des-Bouquets





Arcahaie


La Gonâve
Port-au-Prince
Delmas
Carrefour
Pétion-ville
Kenscoff
Gressier

Léogâne
Petit-Goâve
Grand-Goâve

Croix-des-Bouquets
Thomazeau
Ganthier
Comillon
Fonds-Verrettes

Arcahaie
Cabaret

Anse-à-Galets
Pointe-à-Raquette
Port-au-Princien
Delmassien
Carrefourois
Pétionvillois
Kenscoffien
Gressierois

Leoganais
Petit-Goâvien
Grand-Goâvien

Cruciens
Thomazelais
Ganthierois
Comillonais
Fonds-Verrettien

Archelois
Cabaretains

Ansois
Pointe-à-Raquettois
Nord
Cap-Haïtien




L’Acul-du-Nord



Grande Rivière du Nord


Saint Raphael






Borgne


Limbe


Plaisance
Cap-Haïtien
Quartier-Morin
Limonade

L’Acul-du-Nord
Plaine-du-Nord
Milot

Grande Rivière du Nord
Bahon

Saint Raphael
Dondon
Ranquitte
Pignon
La Victoire

Borgne
Port-Margot

Limbé
Bas-Limbé

Plaisance
Pilate
Capois
Morinois
Limonadien

Aculois
Campinordais
Milotien

Rivanordais
Bahonnais

Raphaelois
Dondonnais
Ranquittais
Pignonnais
Victorien

Borgnelais
Port-Margotien

Limbéens
Bas-Limbéens

Placentin
Pilatois
Nord-Est
Fort-Liberté



Ouanaminthe



Trou-du-Nord



Vallières
Fort Liberté
Ferrier
Les Perches

Ouanaminthe
Capotille
Mont-Organisé

Trou-du-Nord
Sainte-Suzanne
Terrier-Rouge
Caracol

Vallières
Carice
Mombin-Crochu
Fort-Dauphinois
Ferrois
Perchois

Ouanaminthais
Capotillais
Mont-Organais

Truvien
Suzannais
Terrier-Rougien
Caracolois

Vallerois
Caricien
Mombinois
Centre
Hinche




Mirebalais



Lascahobas


Cerca-la-Source
Hinche
Maissade
Thomonde
Cerca-Carvajal

Mirebalais
Saut d’Eau
Boucan-Carré

Lascahobas
Belladère
Savanette

Cerca-La-Source
Thomassique
Hinchois
Maissadien
Thomondois
Carvajalais

Mirebalaisien
Saudelais
Boucan-Carreen

Lascahobassien
Belladerois
Savanecien

Cerca-la-Sourcien
Thomassiquois
Nord-Ouest
Port-de-Paix




Saint-Louis du Nord

Môle Saint-Nicolas
Port-de-Paix
La Tortue
Bassin-Bleu
Chansolme

Saint-Louis du Nord
Anse-à-Foleur

Môle Saint-Nicolas
Baie de Henne
Bombardopolis
Jean-Rabel
Port-de-Paisien
Tortugais
Bassin-Bleen
Chansolmien

Saint-Louisien
Anse-a-Folois

Moliens ou Molois
Baie-de-Hennois
Bombardopolitain
Jean-Rabelien
Artibonite
Gonaïves



Gros-Morne


Saint-Marc



Dessalines




Marmelade
Gonaïves
Ennery
Estère

Gros-Morne
Terre-Neuve
Anse-Rouge

Saint-Marc
Verrettes
La Chapelle

Desalines
Petite-Rivière de l’Artibonite
Grande Saline
Desdunes

Marmelade
Saint-Michel de l’Attalaye
Gonaivien
Ennois
Esterien

Gros-Mornais
Terreneuvien
Anserougien

Saint-Marcois
Verrettien
Chapellois

Dessaliniens
Rivartibonitiens
Saliniens
Desdunien

Marmeladiens
Saint-Michelois
Sud-Est
Jacmel




Belle-Anse



Une adaptation de Haïti Connexion Culture...