Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Monday, April 24, 2017

« Non à la haine, non à Le Pen ! »

Emmanuel Macron                            Marine Le Pen


Hugues Saint-Fort

Ce cri de ralliement de SOS Racisme dans sa campagne de lutte contre le Front National de Marine Le Pen semble avoir porté ses fruits si l’on en juge par la première place obtenue par Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle française qui s’est déroulée hier dimanche 23 avril. Pendant longtemps, la candidate du FN a été créditée d’une large avance sur les autres candidats (atteignant jusqu’à 30% pendant un certain temps). A l’arrivée cependant, c’est Emmanuel Macron qui s’est placé en tête avec 23.9%, devant Marine Le Pen avec 21.9%. Le second tour se jouera donc le dimanche 7 mai 2017 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Quels sont les enseignements de ce premier tour et les enjeux du second tour ?

Une première leçon à tirer de ce premier tour est l’effritement des deux grands partis politiques qui ont gouverné la France durant la Vème République (entre 1958 et maintenant): le Parti socialiste (PS) et le parti Les Républicains (LR), qui relève de la lignée des grands partis conservateurs français (l’Union de la Droite Républicaine, UDR et le Rassemblement pour la République, RPR). Leurs représentants officiels, Benoit Hamon pour le PS et François Fillon pour le LR ont obtenu des scores très bas : 19.7% pour François Fillon ou carrément ridicules, moins de 7% pour Benoit Hamon. Conséquemment, ces deux partis ne seront pas présents au second tour.  C’est la première fois qu’une telle aventure arrive à un parti de droite en France, mais c’est la deuxième fois que la gauche subit un tel affront. Rappelons-nous le 21 avril 2002 quand Jean-Marie Le Pen avait privé Lionel Jospin de second tour.  

Une deuxième leçon à tirer de ce premier tour réside dans l’erreur des instituts de sondage qui avaient prédit un taux d’abstention de près de 35%. Généralement,  les taux d’abstention élevés favorisent la progression du parti d’extrême droite. En avril 2002, quand Jean-Marie Le Pen avait battu Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle, le taux d’abstention avait frôlé les 30%. Aujourd’hui, le taux d’abstention a atteint moins de 23%, grâce à une forte mobilisation dans les grandes villes, comme Paris, Marseille, Lyon… Cette sortie des électeurs français a fait mentir une bonne partie de la presse internationale et même Donald Trump qui, sans la nommer, s’attendait à une victoire de la candidate de l’extrême droite. Bien sûr, elle n’a pas perdu mais elle s’est placée derrière Emmanuel Macron et elle n’est pas bien placée stratégiquement pour gagner le second tour.

Une troisième leçon à tirer de ce premier tour concerne l’avenir des partis et du système politique français en général. Avec l’explosion des deux grands partis de gouvernement, le PS et le LR, et l’entrée en scène le mois prochain, ou bien d’un parti politique qui n’avait jamais exercé de pouvoir politique (FN), ou bien d’un mouvement politique (EM) qui ne s’est pas encore constitué en parti politique, et qui est dirigé par une personnalité complètement inexpérimentée sur le plan politique, la France semble entrer de plain-pied dans l’inconnu. De plus, qui va constituer l’opposition ? La Droite, qui est de toute façon, mal partie et qui semble être privée de chef, à l’heure qu’il est pourra –t-elle se constituer majoritaire aux prochaines législatives ? L’extrême droite, dont on voit mal comment elle pourrait gagner les Législatives en juin prochain, peut-elle constituer une opposition politique sérieuse et compétente ? Rachida Dati, l’ancienne ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy a déclaré que la défaite aujourd’hui de François Fillon est « une défaite morale pour la Droite ». Il reste à savoir si elle pourra s’en relever. Cependant, tous ses ténors, Fillon, Juppé, Éric Woerth, François Baroin, ont déjà appelé à voter pour Emmanuel Macron. Seront-ils entendus par les électeurs ? François Fillon lui-même a dit explicitement « Contre l’extrême droite, je voterai en faveur d’Emmanuel Macron ».

Mais la gauche également par l’intermédiaire de Benoit Hamon et Manuel Valls, demande à ses électeurs de faire barrage au Front National. L’enjeu, selon Benoit Hamon, c’est que Le Pen soit battu largement au second tour. Car, la candidate du FN après avoir clamé que sa qualification pour le second tour relevait d’un « résultat historique » a laissé entrevoir les thématiques sur lesquelles elle va axer sa campagne du second tour : une mondialisation sauvage dont elle veut épargner les effets sur la France, une émigration de masse contre laquelle elle veut préserver la France, et surtout ce qu’elle appelle la préservation de l’identité de la France. Selon Marine Le Pen, « il est temps de libérer le peuple français. Il y va de l’intérêt supérieur de la France » Manifestement, elle a bien appris sa leçon de Donald Trump. Mais, il faudra tout de même se demander qui a appris de qui. Car, cela fait déjà un bout de temps que Marine Le Pen, reprenant le discours de son père Jean-Marie, déverse l’idéologie raciste, haineuse, xénophobe de l’extrême droite française.

Les enjeux du second tour sont clairs et extrêmement importants : d’une part, il y aura avec Marine Le Pen les sirènes d’une France qui se replie sur elle-même, qui veut se couper de l’Europe et suivre la Grande Bretagne, c’est-à-dire rompre avec l’Union européenne (UE) et sortir de l’euro ; d’autre part, il y aura avec Emmanuel Macron, ainsi qu’il l’a déclaré, la défense et la proclamation d’une France libre, tolérante, ouverte, faisant face aux défis écologiques et à la souffrance sociale. Un sondage du groupe IPSOS sorti jeudi dernier donne 62% à Emmanuel Macron et 38% à Marine Le Pen. Venant après un précédent qui donnait 66% à Macron et 34% à Le Pen, il confirme néanmoins que le leader du mouvement En Marche ! semble être bien placé pour remporter une victoire spectaculaire et inédite dans l’histoire politique française : un tout jeune homme de 39 ans qui n’a jamais été élu auparavant et qui était un parfait inconnu de l’immense majorité des Français, il y a trois ans environ, devenir le président de la cinquième puissance militaire et économique du monde. 

Hugues Saint-Fort
New York, avril 2017