Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Tuesday, August 13, 2013

La mort d'un juge en Haiti : Opinions et leçons

 
Hôte : Herve Gilbert , Invité : Dr. Carl Gilbert
English Version - Version Anglaise
Cliquez en bas pour entendre l'audio de l'interview



Ou regarder l'interview  en diaporama en bas




La transcription de l'interview a été réalisée par le logiciel de reconnaissance vocale Dragon
Chers  auditeurs  et auditrices de RHC,
Je suis Herve Gilbert de Haiti Connexion Network. Bienvenue à notre édition spéciale consacrée aujourd’hui à un sujet brûlant de l’actualité en Haiti et dans la diaspora.

En effet, depuis la mort prématurée du juge Jean Serge Joseph survenue en Haiti  dans des circonstances douteuses;  il y a un véritable  tollé en Haïti voire un “méli-mélo” qui  a forcé même le parlement, instance s’occupant  presqu' exclusivement  de législation à  y prendre part aussi ... du fait de cette mort  je dirais innatendue… C'est ainsi qu 'on a eu donc trois commissions d’enquête constituée en Haiti sur cette affaire et finalement  le transfert de la dépouille du juge, citoyen canado-haïtien , au Québec Canada pour une autopsie avant son enterrement ...
D’après les dernières nouvelles qui nous sont parvenues cette semaine concernant le résultat de l’autopsie  faite au Canada, il semble  que le Juge Jean Serge Joseph a succombé  à une hémorragie intracérébrale ou intraparenchymateuse. Nous avons donc  pensé  à faire appel à un  médecin  afin de nous aider à voir plus clair dans cette affaire.
Nous avons avec nous  au bout de la  ligne  le Dr Carl Gilbert, chirurgien pratiquant aux Etats-Unis depuis des années, journaliste et écrivain très versé dans les histoires haïtiennes  qui va nous aider à clarifier certains aspects de cette histoire.
Bonsoir Dr Gilbert !
H.G : Tout d’abord, Dr Gilbert ,  vous êtes  un médecin pratiquant ici aux Etats-Unis depuis des années, avant d’entrer dans le vif du sujet du jour,  j’aimerais que vous nous parliez un peu de vos expériences professionnelles et  quelle est votre spécialité comme médecin.
D.C.G :  Avant d 'entrer dans le vif du sujet comme vous avez dit tantôt, je voudrais présenter mes condoléances à la famille du juge Jean Serge Joseph ...frappée par cette morte soudaine ou précoce...et merci pour l'invitation.

Dr. Carl Gilbert 08-12-13
En effet, je suis chirurgien … je pratique la chirurgie générale depuis des années aux Etat-unis. Je suis un spécialiste en chirurgie comme ...défini et certifié par le Board américain de Chirurgie… J'ai une clientèle privée très remarquable dans la ville de Little Rock en Arkansas. Comme vous aviez dit tout à l'heure, je suis aussi…écrivain et j’ai eu aussi une formation journalistique et je collabore étroitement avec vous autres de Haiti Connexion Network dont je suis le directeur general.
H.G : Alors, comme spécialiste en chirurgie générale, vos champs d’acitivités sur le corps humain est très varié.  Vous vous occupez ...or vous avez une connaissance assez profonde des pathologies ou.....maladies  de la peau et des tissus mous, de certaines pathologies de la tête et du cou, des glandes endocrines, du thorax, de tous les organes abdominaux  quoi d’autres… (œsophage, estomac, intestins, foie, vésicule et voies biliaires, pancréas et  la rate), aidez-moi ... quoi d’autres ….et des artères et des veines etc.... n’est ce pas  ?
Dr. Gilbert & Dr Midi lors d'une intervention chirurgicale
D.C.G :   Tout à fait...La chirurgie générale traite de ces maladies ...mais sur une fréquence plus ou moins variée selon l'intêret du chirurgien ou selon sa sub-spécialité et son training avancé, je dirais...

H.G : Et vous alors, Dr Gilbert,  quel est  votre intéret???
D.C.G : Eh bien, mon intérêt  à moi, c'est la chirurgie abdominale, cancéreuse ou pas, certaines tumeurs des tissus,  cancéreuses ou non; les blessures cutanées ....de la peau je veux dire,   de certaines interventions vasculaires périphériques, puis je fais   ce qu'on appelle ici la chirurgie laparascopique qui en fait  représente des approches techniques fermées d'intervention avec des caméras par rapport aux techniques ouvertes de la chirurgie...
 
H.G : Merci Dr Gilbert!  Venons en maintenant  au sujet de notre  conversation du jour : 
Vous  êtes bien au courant de la nouvelle de la  mort  du juge Jean Serge Joseph qui continue de défrayer  la chronique  des nouvelles en provenance d’Haiti depuis le 14 Juillet 2013 ?
D.C.G : Tout à fait, j’ai entendu parler...
 
H.G : C 'est un décès pour lequel les rumeurs ont  même parlé d’un éventuel empoisonnement  par des membres du gouvernement actuel en Haïti....Et  des sources proches de la famille du juge selon les notes que j’ai sous les yeux , avaient même déclaré à la presse  que l'autopsie réalisée  au Canada avait confirmée la thèse d'un empoisonnement. Mais... le bureau du coroner canadien devait par la suite corroborer les déclarations des médécins de l'hôpital Mevs,  à savoir que le juge était mort d'une hémorragie intraparenchymateuse cérébrale.

Est-ce que vous pouvez clarifier ce terme pour les auditeurs? Comment définir  ce jargon médical ?
D.C.G :  C'est une hémorragie ou saignement qui arrive au sein de la substance du cerveau.

H.G :  Lors d’une conférence de presse donnée après la mort du juge, les médecins de l'hôpital Mevs ont déclaré que quand le juge Joseph est arrivé, il était déjà dans un état critique et incapable d'être sauvé. Ces médecins ont appelé la cause de la mort un accident vasculaire cérébral, avant qu'une autopsie aie été effectuée. Est-ce possible?
Dr Gilbert, nous allons à présent jouer  pour vous un  extrait sonore de la première  déclaration d’un des médecins de l’Hôpital Bernard Mevs à Port-au-Prince quelques heures après que le juge Joseph ait été prononcé mort. Cet enregistrement est un peu distordu mais j’espère  que vous allez pouvoir l’auditionner. Patientez avec nous. 

H.G : Voilà ! auditeurs de Radio Haiti Connexion!  Nous avons toujours avec nous sur la ligne le Dr Gilbert discutant avec nous la mort tragique du juge Jean  Serge  Joseph. Nous venons d’écouter le circuit sonore de la conférence du médecin de l’Hôpital Mevs.
Faisons un petit résumé  de  ce circuit  sonore qui a été un peu altéré.  A mon avis, le Dr, conférencier a été peu hésitant dans ses déclarations, il y a eu une certaine incertitude où il a dit attendre les résultats de l’autopsie  pour se prononcer , il a fait  mention de stroke et de AVC . Quelle est votre impression ?

Je me demande s’il y avait vraiment eu une évaluation clinique du patient à son arrivée . Pourquoi il n’a pas mentionné les résultat du scanner  s’il toutefois qu’ils en avaient un … Autant d’ambiguité … ou de spéculations … Qu’en pensez-vous Dr. Gilbert ?
D.C.G :  Tout d’abord je dois vous dire que nous ne sommes pas ici pour critiquer qui que ce soit, car n’ayant pas été pas sur la scène, il me sera difficile  de dire avec exactitude ce qui a été fait ou non pour le malade.
 H.G : Je veux intervenir ici ,Dr Gilbert... toujours d’après le segment  sonore , le malade était arrivé vers les 3 heures du matin , il a  été vu par un médecin à 7 heures  du matin soit 4 heures après . Et pour finir , il  est mort...vers 8 heures du soir  ce qui nous donne un lapse de temps de …. 18 heures  depuis  son admission à l’hôpital. Et alors on a parlé d’hémorragie massive cérébrale. … on doit se demander alors ce qui a été fait pour arrêter  cette hémorragie....  Dr Gilbert vous avez à nouveau la parole ...
D.C.G :   Haiti n’est pas les Etats-Unis où le voyage d’une ambulance..... d’une maison privée à un hôpital prend  en moyenne  10 , 11, 12 minutes.  D’un endroit retiré, il y a un hélicoptère médical qui peut transférer un malade vers un centre hospitalier en 30 minutes...
Ceci étant dit,  nous devons adopter cependant une approche scientifique au problem:
Quelqu’un  tombe malade et ses proches et  médecins  pensent qu’il a fait un accident cerebro-vasculaire. De suite, le patient doit, en plus des solutés, recevoir presqu’immédiatement à son arrivée à l’hôpital un test au scanner ou bien à l’IRM qui est le sigle pour désigner  Imagerie par résonance magnétique qui permet de détecter aussi bien que le scanner l'hémorragie intra cérébrale à une phase précoce.
H.G : Auditeurs et auditrices de Radio Haiti  Connexion , vous êtes toujours à l’écoute de notre édition spéciale dans le cadre de notre discussion sur la mort tragique  du juge.
Dr Gilbert, Pouvez-vous nous expliquer ce qui peut provoquer une "hémorragie cérébrale massive"?
D.C.G :  Comme toute hémorragie qui survient au niveau du corps humain ou du corps animal,  l’hémorragie cérébrale est causée par une rupture d’un vaisseau sanguin, artère ou veine du cerveau.
Cette rupture peut arriver suite à des causes différentes:
Parmi ces causes, nous avons:
  • Hypertension artérielle mal ou insufissament traitée
  • les malformations vasculaires qui peuvent être  ce qu’on appelle dans le jargon médical des cavernomes, des malformations artério-veineuses , des anévrismes.
  • Comme autre cause de l’hémorragie intracérébrale nous  avons la thrombose veineuse cérébrale ou thrombophlébite cérébrale qui produit des caillots sanguins et bloquent les veines cérébrales.
  • si un malade a une tumeur cérébrale, celle-ci  peut se compliquer de saignement intraparenchymateux ou intracérébral.
H.G: Mais l’autopsie aurait pu détecter une tumeur pour le juge n’est-ce pas???
D.C.G : En Effet... et c’est en général  la fonction de l’autopsie pour nous dire exactement ce qui a causé cette hémorragie. 

Dans une grande majorité des cas, , les hémorragies intracérébrales sont favorisées par la prise de médicaments anticoagulants ou anti plaquettaires.
Je dois ici mentionner: que  nombre de gens ou patients sont maintenant sous traitement  des anticaoagulants. Ces médicaments sont des médicaments ou produits qui sont prescrits par des médecins pour liquéfier le sang je dirais ...et éviter que ces malades ne forment des caillots sanguins qu’en médecine nous appelons des embolies.
Si alors un patient est sous anticoagulant. il peut souffrir d’une hémorragie comme effet secondaire. Cette hémorragie peut être au niveau des intestins, des reins du cerveau ou de n’importe quel autre organe du corps humain. 

H.G: Dr Gilbert, A part les anticoagulants y a-t-il d’autres produits  qui peuvent causer une hémmoragie au niveau du cerveau?  

D.C.G- Il y a l’aspirine, l’ibuprofène et tous les médicaments de la mme famille que l’Aspirine, la vitamie E.  Et il ya bien d’autres subtances connues ou inconnues qui se trouvent dans l’environnement, parmi les plantes, dans nos pharmacies ou les hôpitaux, etc. qui peuvent causer des hémorragies. 

Aux Etats-Unis on nous dit que l’incidence d’hémorragie intracérébrale est de 16, 17 ou 18 % …. heureusement qu’il ya des test pour déterminer si le taux d’un médicament anticoagulant est trop elevé ou pas... de facon à pouvoir réajuster les doses. 

Donc en résumé: Un scanner crânien rapide est donc indispensable pour orienter le traitement.

Et comme j’ai dit tantôt, l'imagerie par résonance magnétique est un autre test que l’on doit faire rapidement. 

Certains centres feront aussi ce qu’on appelle un anigiogramme si le medecin traitant pense qu’il a ffaire a une malformation vacsulaire comme l’anévrisme... 

H.G : Dr. Gilbert ! Mettons que quelqu’un soit en proie à une colère ou sous l’effet  d’une pression psychologique,  le stress de cette colère ou … anxiété peut-il  aussi provoquer une "hémorragie cérébrale massive". 

D.C.G:  Je peux dire sans crainte de me  tromper que  dans certains cas le stress peut provoquer une rupture des vaisseaux  sanguins.  

Le stress, Hervé, est un facteur important dans les causes d’une maladie ou des maladies. Je ne suis pas psychologue mais je me rapelle bien mes études à la fac.

Quand le corps humain est confronté à une situation de stress, il pompe de  l’adranaline, cette subtance biochimique qui provoque alors une réaction en chaîne au niveau du système nerveux ou cérébral. Le coeur commence à battre plus vite, la taille des vaisseaux sanguins du corps changent, c’est comme si le corps se prépare pour affronter événement effrayant ou émotionnel.
En fait, l’organisme dégage des produits biochimiques protecteurs je dirais.   Mais ces même produits peuvrent être nuisibles aux cellules cérébrales et aussi aux vaisseaux sanguins. En résumé, pour répondre à la question, le stress surtout le stress aigu, peut causer une poussée d’hypertension artérielle, se sa  nous dit lè tansyon an monte - et cette poussée peut causer des ruptures de vaisseaux sanguins au niveau des organes, y compris le cerveau.

H.G: Dr Gilbert Parlons maintenant  du traitement  de l’hémorragie intra-cérébrale ou intraparenchimateuse comme l’autopsie l’a révélée , nous vous écoutons:
D.C.G:  Le traitement commence avec les soins d’urgence et les mesures générales de reanimation.

Je vais tout de même classer le traitement en trois catégories: le traitement médical, le traitement chirurgical et le traitement endovasculaire 

1)Le traitement médical  avec des mesures générales de réanimation constitue un traitement de support .Si le ou la malade souffre de tension, Les chiffres de la tension artérielle doivent être maintenus assez bas afin d'éviter l'aggravation de l'hémorragie.
 
Tout traitement anticoagulant doit être arrêté, voire antagonisé par l'administration d'antidotes. Le patient est connecté à un ventilateur s’il ne respire pas bien .Le recours à une ventilation assistée est fréquente, voire quasi constante si l'hémorragie est sous tentorielle, à moins, naturellement, qu'une décision de « non réanimation » ait été prise.L'hypertension au niveau du cerveau  doit être corrigée.
Un traitement spécifique destiné à stopper l'hémorragie ou à éviter le resaignement est en cours d'évaluation avec des résultats prometteurs lorsqu'il est réalisé dans les trois heures après le début des signes cliniques. Il consiste en l'injection intraveineuse de facteur VII recombinant.
2) Le traitement chirurgical peut être envisagé en cas d'une aggravation progressive du tableau clinique, en particulier chez le sujet jeune. Le drainage d'une inondation ventriculaire peut être proposé dans certains cas mais la mortalité reste lourde...
H.G: Vous dites que le traitement chirurgical peut être fait  en cas de l’aggravation du tableau clinique...   et dans le cas du juge ?  

D.C.G:  Oui l'évacuation chirurgicale précoce de l'hémorragie est proposé dans certains cas mais bien des fois on n’est pas certain du bénéfice...

Une option moins agressive, consistant en une chirurgie stéréotaxique consistant en l'injection d'un médicament fibrinolytique dans l'hématome, permettant l'aspiration et l'évacuation de ce dernier, est en cours de test, avec des résultats prometteurs.
Dans le cas du juge… A distance, le traitement neurochirurgical des anévrismes, des malformations artérioveineuses ou des cavernomes dépend de leur localisation à l'angiographie (il doit être accessible au geste chirurgical). Enfin, les hématomes du cervelet peuvent être évacués en urgence lorsqu'ils sont compressifs et menacent le pronostic vital.
3)Traitement endovasculaire
ll consiste en une embolisation cérébrale par voie endovasculaire des anévrismes, des malformations artérioveineuses ou encore des fistules durales. Il est proposé le plus souvent en première intention pour le traitement des anévrismes artériels intracrânien rompus. Il est alors utilisé des coils (petits amas) en platine pour obturer le sac anévrysmal. L'embolisation du nid d'une malformation artérioveineuse par microcathétérisme hypersélectif peut être faite à l'aide le plus souvent de colles spéciales.
H.G: En dernier lieu, j’ai cette question pour vous: Quelle leçon tirer de cet évènement tragique et comment y remedier dans un pays comme Haiti.
D.C.G.-   A mon avis, des lecons à tirer sont d’ordre médical et légal.
Au point de vue médicale  , les soins d’urgences doivent ètre améliorées et les délais dans la délivrance de ces soins doivent être écourtées, les transports des malades d’un point à l’autre du pays doivent être mieux aménagés. Quand j’écrivais mes rubriques de santé dans les colonnes d’un journal local du pays , j’avais même préconisé un transport rapide des gens  au moyen d’hélicoptères médicaux (med -evac) à partir des centres primaires de santé vers des  centres secondaires ou tertiaries.

H.G: C’est une excellente recommandation  Dr Gilbert  que vous venez de faire, car imaginer si quelqu’un tombe malade à Jérémie , il lui faudrait  12 heures de voyage pour arriver à un centre hospitalier bien équipé et trouver un médecin spécialisé  pour un cas critique.  Notre Haiti, est -elle vraiment  dans le 21ème siècle... Nous avons un pays dépourvu de tout  alors que  la santé est le premier des biens. Tout hôpital a besoin d’avoir un personnel de trauma  24/24.
D.C.G:  Vous avez bien dit Hervé...
Pour compléter ma réponse à votre question, d’autres leçons à  tirer de cet  évènement sont d’ordre légal à mon avis. Je m’explique: Si les circonstances sont douteuses au sujet de la mort d’une personne, l’embaumement du cadavre ne doit pas être fait avant  la réalisation plus ou moins immédiate de l’autopsie par un médecin légiste qualifié. Sinon des doutes vont persiter au sujet de la cause réelle de la mort dans un pays où il y a une carence de laboratoire avancés ou modernes et ou les rumeurs et les croyances traditionnelles  priment assez facilement sur les faits quoi!

H.G: Merci Dr Gilbert pour cet entretien aussi informatif .
Voilà ! Chers auditeurs et auditrices de Radio Haiti Connexion ! Ainsi se termine notre interview avec Dr Gilbert qui a été très édifiant à mon avis. C’était Herve Gilbert depuis les studios de Radio Haiti Connexion en Floride qui vous remercie pour votre fidèle écoute .
Merci encore une fois  Dr Gilbert et merci à vous tous pour votre écoute.  
A bientôt!
D.C.G:   Je vous en prie


par : Herve Gilbert herve.gilbert@gmail.com