Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Monday, April 24, 2017

L’affaire Guy Philippe: un complément d’informations


Guy Philippe d’Haïti plaide coupable d'avoir  accepté des millions de contrebandiers de cocaïne

Guy Philippe d'Haïti plaide coupable
Les avocats affectés à la défense de Guy Philippe ont exposé les raisons pour lesquelles le sénateur élu haïtien et ancien commandant de police, ce lundi au tribunal fédéral de Miami, a plaidé coupable des accusations de blanchiment d'argent. Une charge qui pourrait l'envoyer en prison  au moins pour neuf ans. (Miami Herald)
Guy Philippe, un sénateur haïtien élu et ancien commandant de la police qui a échappé à la capture en Haïti depuis plus d'une décennie, a plaidé coupable ce lundi devant une cour fédérale de Miami d’une accusation de blanchiment d’argent, ce qui pourrait l’envoyer en prison pour au moins neuf ans.
Philippe, arrêté en janvier, a reconnu avoir accepté entre 1,5 million de dollars et 3,5 millions de dollars à titre de  profits sur la cocaïne des mains de trafiquants colombiens en leur permettant d'utiliser Haïti comme une plaque tournante en vue d’expédier de la cocaïne à Miami et à d'autres régions des États-Unis. Ceci, entre 1999 et 2003. L'année d’après, Philippe était devenu célèbre pour avoir enclenché une révolte visant à renverser le président haïtien, Jean-Bertrand Aristide.
En plaidant coupable, Philippe a évité au début du mois de mai le risque d'un procès dont les suites pourraient conduire à une sentence de prison à vie juste en rapport avec l’acte d’accusation initial en l’occurence le trafic de la drogue
Sa peine sera déterminée par  la juge de district américaine Cecilia Altonaga, qui pourrait le condamner à purger une peine maximale de 20 ans au cours d'une audition prévue pour le 5 juillet prochain. Mais, en vertu des protocoles fédéraux d’imposition de sentence et selon l’arrangement avec les procureurs féderaux Philippe, 49 ans d’âge, peut écoper entre 9 et 11 ans de prison.
"Compte tenu de tout ce que nous avons appris sur ce dossier, nous croyons que M. Philippe a pris la bonne décision d’y trouver une solution ", a déclaré l'avocat de la défense Alan Ross en dehors de la salle d'audience.
Un autre avocat de la défense, Zeljka Bozanic, qui a reconnu la difficulté d'être jugé plus d'une décennie après l’inculpation de Philippe en 2005, a dit que l’arrangement lui permet d'éviter de purger une peine d'emprisonnement à perpétuité.
"C'est un homme  très intelligent, et je lui souhaite bonne chance en politique", a déclaré M. Bozanic à l'extérieur du palais de justice fédéral. "J'espère qu'il est capable de concourir à nouveau et je crois qu'il aura encore beaucoup de  soutien de beaucoup de gens, malgré ce qui s'est passé ici. ... Et je crois que les gens pourront mieux comprendre  dans un proche avenir. "
Les avocats de défense de Guy Phillipe exposent les raisons pour lesquelles Guy Philippe a plaidé coupable.
Une courtoisie de Miami Herald
Philippe qui s’était porté candidat pour la présidence sans succès en 2006 a été élu en novembre dernier pour un mandat de six ans au Sénat [haïtien]. Son siège est resté vacant  jusqu'à la résolution de son problème légal à Miami.
Selon une déclaration déposée avec son entente , Philippe a nié avoir partagé les pots-de-vin des narco-trafiquants avec d'autres officiers de la Police nationale haïtienne. Mais il a cependant transféré,  a-t-il ajouté, des centaines de milliers de dollars aux États-Unis pour acheter une maison à Broward County et soutenir sa famille.
Philippe a viré  376 000 $ à partir des banques en Haïti et en Équateur à un compte conjoint avec son épouse, Natalie , à First Union à Miami. Pour éviter la détection, Philippe a utilisé des prête-noms pour transférer les fonds à son compte, selon la déclaration signée par l’accusé et les procureurs Lynn Kirkpatrick et Andy Camacho. Philippe a également admis qu'il a déposé plus de 70 000 $ dans son compte dans une série de transactions de moins de 10 000 $ pour éviter les lois fédérales.
"Philippe a mis de côté « son devoir de protéger et servir le peuple d'Haïti », a déclaré Benjamin G. Greenberg, avocat américain en exercice pour le district sud de la Floride. Il a abusé de préférence de son poste d'autorité en tant que haut gradé  de la police  haïtienne aux fins de  protéger les expéditions de drogue et blanchir des profits financiers illicites.

La poursuite de ceux qui abusent de la confiance du public pour se livrer à des actes criminels demeure une priorité absolue pour les États-Unis et nos alliés travaillant à l’application de la loi en Haïti "(...)
Une traduction de HCN