Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Friday, November 1, 2013

La Fête des Guédés en Haiti par rapport à Halloween .

English Translation is available
Par:Herve Gilbert herve.gilbert@gmail.com
La Fête des Guédés, célébrée  le 1er et 2 novembre, en Haïti et dans la diaspora  est symbolique  de la religion vaudoue en Haïti. Dans la mythologie du vaudou, les Guédés représentent les esprits de la mort et de la résurrection. En cette occasion, les vaudouisants organisent des cérémonies en vue de célébrer leurs dieux représentés par les différents "Barons" tels Baron Samedi, Baron Cimetière, Baron Lacroix, Baron Criminel et "Grann Brigite" épouse de Baron (première femme enterrée au cimetière.

Les Vaudouisants  croient en un lointain et inconnaissable dieu créateur surnommé Bondyé. Comme Bondyé n'intervient pas dans les affaires humaines, les vaudouisants dirigent vers leur culte des esprits serviles à Bondye, appelé * lwa.  Chaque lwa est responsable d'un aspect particulier de la vie, avec des personnalités dynamiques et changeantes de chaque lwa reflétant les nombreuses possibilités inhérentes aux aspects de la vie qu'il dirige. Pour leur  vie quotidienne, les  vaudouisants ou (vodouisants) entretiennent des relations personnelles avec les lwas à travers la présentation des offres, la création d'autels personnels et objets de dévotion, et la participation à des cérémonies élaborées de musique, possession danses, et de l'esprit. etc.
Le rituel d'un prêtre  du vaudou  devant le symbole  Vèvè 
dessiné autour du  *poteau-mitan  du péristyle.                
Il y a une diversité de pratiques du Vaudou à travers le pays d'Haïti et dans la diaspora haïtienne. Par exemple, dans le nord d'Haïti, le lave TET ( « laver la tête ») ou "kanzwe" peut être la seule initiation, comme il est dans la République dominicaine et Cuba , alors qu'à Port -au-Prince et dans le sud on pratique le kanzo rites avec trois grades de l'initiation - kanzo SENP , si pwen , et asogwe - et ce dernier est le mode le plus courant de la pratique en dehors d'Haïti .La tendance générale dans le vaudou est d’une manière générale conservatrice, en accord avec ses racines africaines quoique  les informations ou les détails puisés dans des livres ou sur Internet puissent sembler contradictoires . Il n'y a aucune autorité centrale ou «pape» dans le vaudou haïtien , puisque « chaque mambo et houngan est à la tête de leur propre maison », comme un dicton populaire en Haïti l’affirme. 

Une autre considération en termes de diversité haïtienne sont les nombreuses sectes en dehors de la "Sèvi Ginen" en Haïti comme le Makaya , Rara , et d'autres sociétés secrètes, dont chacune a son propre panthéon distinct des esprits.

Des pèlerins en transe à la cascade de Saut d'eau un 16 Juillet,
jour de la fête de Mont-Carmel.                                                
Le Vaudouisme est  originaire de la colonie d'esclaves française de Saint- Domingue depuis le 18ème siècle, quand la pratique religieuse africaine était activement réprimée, et les esclaves africains étaient contraints de se convertir au christianisme. Les pratiques religieuses du Vaudou contemporain sont  étroitement liées  au vaudou Afrique de l'Ouest telle qu'elle est pratiquée par le Fon et Ewe .  Le Vaudou incorpore également des éléments et des symboles des autres peuples africains, y compris le yoruba et Bakongo , ainsi que les croyances religieuses Taino outre la spiritualité européenne, comme le christianisme catholique , la mystique européenne, la franc-maçonnerie , et d'autres influences religieuses.

 Un documentaire sur le vaudou haïtien
  
Cette célébration traditionnelle donne lieu à des moments d'exaltation phénoménale. En pleine rue les vaudouisants se livrent à des mouvements de danse avec des gestes érotiques frisant l'indécence, boivent du vinaigre, mangent du piment et lancent à tout bout de champs des propos ronflants et obscènes. Autant de réactions qui caractérisent le comportement du Guédé. Dans le panthéon du vaudou, il s'agit de l'un des dieux hérités de la période précolombienne, selon des éthnologues haïtiens.

Les couleurs dans le vaudou embellissent le décor planté pour le déroulement des manifestations de Guédés. Les couleurs traditionnelles sont le noir et le violet. Le déguisement de Guédé Nibo est composé de trois couleurs: le noir, le mauve et le blanc. Le Guédé Nibo est reconnu comme étant le protecteur des morts vivants.



Un temple du vaudou haïtien
Cliquez dessus pour agrandir la photo
Un temple vaudou haïtien est appelé « Homfòr » . Après une journée ou deux de préparation et de la mise en place d'autels dans un Homfòr -- rituellement préparation et la cuisson volaille et d'autres aliments , etc -- un service "Vodou" haïtien commence par une série de prières et de chants en français, puis une litanie en créole et africaine » langaj " qui passe par tous les saints européens et africains et loa honorés par la maison, outre une série de versets pour tous les grands esprits de la maison. C'est ce qu'on appelle le " Priyè Gine » ou la prière africaine. Après plusieurs chansons d'introduction , qui commencent par saluer Hounto , l'esprit des tambours , les chants pour tous les esprits individuels sont chantés , à commencer par la famille Legba dans tous les esprits Rada , alors il y a une pause et la partie Petwo du service commence , qui se termine avec les chansons de la famille Guédé.


Une prêtresse dessinant un vèvè de "Grann Brigitte"
Le Vévé ou Vèvè est un graphique symbolique que les prêtres ou les prêtresses du Vaudou dessinent autour du Poteau-mitan avec toutes sortes de poudre, farines, cendres, craie ou poudre d’herbes.
Dessinés au sol, ils deviennent vite des schémas au graphisme complexe mais harmonieux, des figures géométriques mystérieuses dont seuls les initiés en connaissent le sens. Le Vévé est un art éphémère et s’efface durant les offrandes et les danses du rituel.Le Vévé correspond à un LOA, et réunit tous les symboles stylisés qui peuvent le représenter r
ar exemple :
Damballah wèdo : il est symbolisé par deux serpents en triangle autour d’une croix.
Ogou Ferraille : il est symbolisé par un sabre au milieu d’un triangle à sa base.
Papa Legba : il est symbolisé par une croix décorée d’une canne.
Baron-Samdi : il est symbolisé par une croix sur un autel ou une tombe, entourée de deux cercueils.
Alors, il suffit d’afficher un Vèvè pour indiquer le lien du Vaudou en présence. Pourtant, cette graphique sacrée n’a pas de vocation illustrative, elle est par nature éphémère et doit s’effacer pendant les offrandes et les danses du rituel.

Max Beauvoir (au centre) lors d'un ritual,  est considéré
comme étant le chef suprème du Vaudou en Haiti.        
Lors des  rites des chansons , les participants croient que les esprits viennent visiter la cérémonie, prenant possession des individus,  parlant et se manifestant en eux . Lors d'une cérémonie , seule la famille de ceux possédés des lwas  est bénéficié . Durant ce moment , on croit que le mambo ou l’houngan peuvent emporter la chance de les adorer à travers des actions particulières . Par exemple, si un prêtre demande à boire du champagne, un participant sage peut refuser .. Ces cérémonies vaudouesques , peuvent  être plus ou moins  organisées selon le prêtre ou la prêtresse en charge  en « sérieux » ou en « folie »
Une chèvre est immolée en considération de certains motifs
Dans un rite sérieux , chaque esprit est salué et accueilli par les initiés présents et donne des lectures , des conseils, et des remèdes à ceux qui demandent de l'aide. Plusieurs heures plus tard,  à l’aube , la dernière chanson est chantée , les invités quittent les lieux , et les hounsis épuisés, houngans et mambos peuvent aller dormir.
Les participants à la manifestation des Guédés proviennent aussi bien des couches défavorisées que des classes moyennes. Certains pratiquants qui vivent à l’étranger n’entendent pas négocier ce rendez-vous.
Il semblerait toutefois difficile de confirmer la participation ouverte des membres de la bourgeoisie haïtienne dans ce type de manifestations. Une frange de cette classe se contente de commémorer La Toussaint dans le strict respect des normes catholiques.

A continuer ...

Sources de référence:Wikipedia, Le Nouvelliste,

Lwa : dieux dans le panthéon vaudou
Autre regard sur le vaudou haïtien
   
* Le poteau-mitan ou (potomitan) dans le vaudou, c’est le péristyle du “hounfor” autour duquel dansent les initiés ou “hounsis” (adeptes) . Les initiés y posent des offrandes, pendant que des vèvè sont tracés à même le sol autour de ce pilastre de bois qui désigne l’axe vertical indiquant la communion avec les esprits (lwa), les morts et les dieux,. Le Poteau Mitan représente un axe de liaison  entre le monde des vivants et celui des morts. Alors c’est donc une passerelle symbolique entre l’homme et l’invisible.
D'autres photos connexes