Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Friday, November 6, 2015

Joe Trouillot : le doyen de la chanson haïtienne s’en va

Joseph André Trouillot
1922-2015
Joseph François André, dit Joe Trouillot, a marqué l’histoire de la chanson haïtienne et de la chanson tout court. Il s’est éteint à Montréal  le jeudi 29 octobre 2015 , à l’âge de 93 ans. C’était le gentleman crooner, le mentor, l’homme à la fière allure, la bonhomie contagieuse, mais aussi une icône haïtienne, un modèle d’adaptation à la société québécoise, Tino Rossi pour sa voix d’or, Louvain à la désinvolture antillaise, Aznavour dans les big band, le Compay Segundo de la Cabane Choucoune de Port-au-Prince.

L’homme au chapeau
Le chanteur haïtien Joe Trouillot,
 photographié en 2010                
Sa vie a fait l’objet de deux livres écrits par Nathalie Rubrini. Et pour cause, puisqu’il a gravé une cinquantaine de disques et composé au moins 300 chansons. En presque sept décennies, il a interprété en cinq langues des méringues, lentes ou frénétiques, des cha cha, des mambos et calypsos, du jazz à la Glenn Miller ou à la cubaine, des konpas et des romances. Avant de venir s’installer à Montréal en 1961, il a côtoyé les Bebo Valdes, Celia Cruz et nombre d’autres, s’est fait connaître dans les années 1950 comme chanteur principal du célèbre big band d’Issa El Saieh, a créé son propre orchestre au réputé Casino international, et beaucoup plus encore.

Arrivé à Montréal pour échapper aux inquiétudes engendrées par le gouvernement Duvalier, celui qu’on appelait aussi l’homme au chapeau s’est installé au Perchoir d’Haïti, puis au Café Saint-Jacques, où il a commencé à interpréter des chansons françaises et québécoises. Comme MC, il y présentait les Louvain, Reno, Latulipe et consorts. Il a continué de se produire pendant des années dans les grandes salles internationales.

Le disque d'or de Joe Trouillot
Sur Facebook, Toto Laraque, le réputé compositeur-chanteur-guitariste, se disait très fier du parcours du patriarche et racontait cette fête mémorable qui avait réuni des musiciens de haut calibre comme Yoyo, Toto et Ti-Flûte pour célébrer le 90e anniversaire de Joe.

De son côté, Pierre-Michel Ménard, autre chanteur à la voix d’or que le patriarche aimait beaucoup, a tenu à s’adresser au grand disparu : « Tu me disais : “Moi, je descends l’escalier et toi, tu montes l’escalier.” Merci du fond du coeur, Joe, pour ce bel héritage que tu m’as légué. Je ne vais jamais t’oublier. Tu as été et resteras un des meilleurs chanteurs de tous les temps. »

Source de référence :Yves Bernard / Le Devoir


Revivons Joe Trouillot à travers  une de ses performances en direct au Rex Théâtre à Port-au-Prince en 1983 avec notre fameux saxophoniste Webert Sicot et le Caribbean Sextet. Une archive de Haiti Connexion Network.



Lire dans la même rubrique :