Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Thursday, February 14, 2013

Le miroir brisé

Le miroir brisé
 Par : Jean Erich René          
Valentins, Valentines


Le couple parfait idéal que l’on projette dans les films et les romans est plutôt mythique. Roméo et Juliette sont des personnages légendaires. La vraie vie conjugale est souvent entrecoupée de malentendus. Après quelques années de vie commune, les attentes sont le plus souvent déçues et les relations peuvent se détériorer. Parfois la bagarre éclate au cours de la lune de miel quand le mari fait le triste constat de l’absence de l’hymen. Pour bon nombre de nos compatriotes la virginité d’une femme est un gage de fidélité, un témoignage de confiance et un motif de fierté.


Quand les masques tombent, sexe, argent, projets s’envolent en fumée. Des propos malodorants empoisonnent l’atmosphère du foyer. Les différences commencent à s’affirmer. Les contradictions surgissent : un homme sage, une femme turbulente, un époux inculte, une femme instruite, un mari économe, une épouse dépensière, classe bourgeoise, classe moyenne, prolétariat, homosexuel, lesbienne, catholique, protestant, noir, mulâtresse, blanc etc. Autant de points chauds qui n’ont pas été soulevés lors des épousailles.
La magie de l’amour des premiers instants transportait les conjoints au septième ciel et les confondait dans une communion d’idées et une harmonie parfaite. Lentement la nature reprend ses droits. Les intérêts personnels s’affirment, les comportements égocentriques commencent à déplaire. Les frontières commencent à s’afficher. N’importe quel sujet banal devient la source d’un conflit. On s’éloigne de plus en plus l’un de l’autre. On est souvent proche de la confrontation mais on pense souvent à l’indépendance des caractères. Pourtant au fil des jours, les frustrations s’accumulent jusqu’à la dernière goutte qui fait renverser le vase. L’abcès est désormais crevé. Un manque de communication s’installe et débouche sur une voie de non-retour.

Le bonheur conjugal est un produit rare et qui n’a pas de prix. Il n’est pas en vente dans les rayons de nos supermarchés. Les apothicaires ne connaissent même pas sa formule chimique. Ils l’auraient mis en bouteille ou en capsule comme le viagra et gagner des millions tellement il fait défaut parmi les couples. Son secret c’est la volonté de s’adapter de manière continue aux données de l’existence. Pour goûter le bonheur conjugal il faut avoir le courage de réviser de temps à autre son comportement afin de s’ajuster au vécu quotidien. CONCESSION ! Voici la formule gagnante.

Lorsqu’on change de pays on acquiert d’autres mœurs. En Haïti, il est un fait certain que le Chef de famille est traité comme un Roi surtout lorsqu’il pourvoit aux dépenses de la maison. Ce ne sont pas les domestiques qui manquent pour blanchir ses vêtements, lui dresser le couvert et lui dire la table est servie. L’immigration au Canada et aux USA abolit toute forme d’esclavage. L’égalité des droits de l’homme et de la femme est reconnue par la loi. N’essayez surtout pas de faire le gros dos. Autre milieu, autres coutumes !
carte credit014
Même si l’argent ne fait pas le bonheur mais le bonheur n’arrive jamais sans l’argent. Il devient presqu’un axiome de dire qu’en Amérique du Nord l’équilibre conjugal est surtout tributaire de l’argent. Les données statistiques révèlent que la plupart des conflits éclatent surtout au moment où il y a un problème d’argent au foyer. Il est définitivement admis que celui ou celle qui gagne le salaire le plus élevé, le plus souvent domine. Même les décisions les plus importantes sont marquées du sceau de la plus pure discrimination salariale. Les Haïtiens machos et orgueilleux de nature, clament toujours : « chez nous les femmes ne commandent pas » Pourtant au Canada et aux USA, elles ont plus facilement accès au marché du travail et sont mieux rémunérées que les hommes contrairement aux pratiques haïtiennes. De telles contradictions risquent de dégénérer en conflit et vouer à l’échec la vie des couples.
tresor billet13La paye représente un instrument de pouvoir. Au Canada et aux USA et partout ailleurs on n’est pas casé avec les titres ou les professions déjà acquis en Haïti. Il faut reprendre votre abécédaire. Une telle gymnastique rend nos compatriotes de la diaspora moroses, frustes, amers, aigris. La plupart de nos Cadres qui n’ont pas embrassé d’autres professions sur leur terre d’accueil sombrent dans le chômage ou vivent dans une situation économique précaire et même l’assistance sociale. Avec le changement des conditions économiques, le cercle des relations sociales n’est plus le même. Les goûts et les préférences qu’on a hérités de son train de vie en Haïti persistent sans avoir les moyens économiques pour y faire face. Or ce ne sont pas les magasins ni les occasions de sortie qui manquent. Madame ne peut plus continuer à vivre comme autrefois en Haïti. Elle ne peut plus garnir son cou, ses doigts ni ses poignets de bijoux de prix. De telles frustrations causent de violentes perturbations au foyer jusqu’à son effondrement.
Souvent la vie conjugale est troublée par des interférences familiales. Le père, la mère se prononcent par des remarques désobligeantes. Le frère, la sœur s’immiscent dans la vie du couple. Des sentiments négatifs se développent vis-à-vis du gendre ou de la belle-fille, du beau-frère ou de la belle-sœur. La présence d’un tel virus ne manquera pas d’empoisonner la vie au foyer en opposant les conjoints par des prises de gueules larvées. Parfois quand éclate la bagarre, les amis, les voisins se mêlent de la partie pour la brouiller davantage. Comme au théâtre tout le monde suit le film des événements avec un intérêt passionné mais mêlé de malice. Des sentiments de répulsion sont émoussés davantage par les insinuations malveillantes des tiers.
La vie conjugale est semée d’embûches. L’environnement social joue un rôle capital pour l’harmonie au foyer. La chaleur caractéristique de certains couples d’immigrants se refroidit sous d’autres climats. Tous les ménages connaissent des hauts et des bas, surtout lorsque la situation économique tourne au rouge. Pour avoir une relation stable, il faut tenir compte des nombreux pièges que vous tend l’existence. Il faut faire preuve d’intelligence afin d’apporter à temps les correctifs nécessaires. Sans quoi vous allez vous trouver dans l’inconfortable position de décliner votre nom, votre prénom, votre numéro d’immatriculation devant une Cour de Justice. Parfois un dernier sursaut ou un éclair de raison peut vous porter à vous réconcilier. 

Quand l’amour a déjà volé en éclats sous le choc des vicissitudes de l’existence, il devient impossible de retrouver l’harmonie d’antan. On ne peut plus coller les morceaux épars comme le miroir brisé.

Par :Jean Erich René
02-14-13