Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Wednesday, January 11, 2017

Le discours d’adieu de Barack Obama : « Yes we did »

55 % des électeurs approuvent l’action du président Barack Obama



Le président Barack Obama a prononcé, mardi 10 janvier, son dernier discours. Sans citer le nom de Donald Trump, son successeur à la Maison-Blanche, il a appelé les Américains à se mobiliser pour faire vivre la démocratie.

« Yes we did » (Oui, nous l’avons fait), a conclu, sous un tonnerre d’applaudissements, le président américain Barack Obama, lors de son dernier discours, mardi 10 janvier. Une allusion à son célébrissime slogan de campagne « Yes we can ».

Le 44e président des États-Unis, qui s’apprête à céder la place à l’homme d’affaires Donald Trump, a exhorté les Américains à être des acteurs du processus démocratique. « La démocratie peut flancher lorsque nous cédons à la peur », a-t-il mis en garde depuis Chicago, terre de sa fulgurante ascension politique où il avait célébré, il y a huit ans, son entrée à la Maison-Blanche.

Le visage émacié par huit années à la tête de la première puissance mondiale, le premier président noir de l’histoire des États-Unis a aussi appelé à l’unité. Car la question raciale reste « un sujet qui divise » en Amérique, a-t-il dit. « Tous ensemble, quel que soit notre parti, nous devrions nous attacher à reconstruire nos institutions démocratiques », a-t-il martelé, devant près de 20 000 personnes.

« J’y crois toujours ! »

Barack Obama a tenté de réconforter sa famille politique, toujours sous le choc de l’élection surprise de Donald Trump.

Le couple Obama: l'exemplarité et le
modèle du ravissement absolu.        
« À Chicago, j’ai appris que le changement ne se produit que si des gens ordinaires s’impliquent, s’engagent et se rassemblent pour l’exiger. Après huit ans de présidence, j’y crois toujours ! ».

S’il n’a jamais cité le nom de celui qui lui succédera le 20 janvier dans le Bureau ovale, Barack Obama a lancé quelques mises en garde à son attention, en particulier sur le réchauffement climatique. « Nous pouvons, et devons, débattre de la meilleure approche pour s’attaquer à ce problème », a-t-il affirmé.

« Simplement nier le problème revient non seulement à trahir les générations futures, mais aussi à trahir l’esprit d’innovation et de recherche de solutions qui ont guidé nos fondateurs », a-t-il ajouté dans l’immense centre de conférence « McCormick Place ».

55 % des électeurs approuvent l’action du président Barack Obama

Les billets pour assister à ce dernier discours s’étaient arrachés dès samedi 7 janvier à l’aube devant le centre de conférences, où des centaines de personnes avaient fait la queue dans un froid polaire en espérant obtenir le précieux sésame.
Selon un sondage Quinnipiac University, publié quelques heures avant son discours, 55 % des électeurs approuvent (39 % désapprouvent) son action à la présidence, son score le plus élevé depuis sept ans.

Le résultat est presque inverse (51 % désapprouvent, 31 % approuvent) lorsque les électeurs sont interrogés sur la façon dont Donald Trump remplit son rôle de président élu.
Le magnat de l’immobilier participera mercredi 11 janvier à New York, pour la première fois depuis son élection le 8 novembre, à une conférence de presse.

Source : La Croix (avec AFP)


Un résumé de son discours