Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Saturday, October 8, 2016

L’ouragan Mathieu a balayé le Grand Sud, l’Etat haïtien est-il impuissant ?

Vue aérienne de la cathédrale
Saint-Louis de Jérémie après le
passage de Mathieu.               
« On a raté la conscience patriotique que le tremblement de terre de Janvier 2010 nous a appelé à cultiver. Le cyclone Mathieu nous offre la deuxième si non, la dernière chance de nous unir dans l'intérêt commun: Haïti, notre pays. La réussite personnelle ne change en rien comment le monde vous conçoit. A titre d'exemple: Quelle est votre conception du candidat multi millionnaire républicain des Etats-Unis? La réussite personnelle ne fait qu'agrandir la liste de vos faux amis. Vos œuvres cependant qui tendent à valoriser les âmes de votre entourage, votre communauté, peuvent vous grandir et vous hisser à un niveau tel que votre nom s'inscrive désormais parmi les grands que ce monde ait jamais connu. » (Pierre Monplaisir)

L’ouragan Mathieu a balayé le Grand Sud en l’espace d’un jour. Les dégâts, les pertes en vies humaines et en bien meubles et immeubles sont énormes. Jusqu’à présent, un bilan exhaustif des pertes n’est pas encore présenté. La zone de la Grande-Anse est quasiment coupée du reste du monde. L’on vient juste d’apprendre de la part du porte-parole de la présidence, Mr. Eddy Jackson Alexis que la compagnie Estrella a déblayé la route qui mène a Jérémie et qu’il est maintenant possible d’atteindre Jérémie en voiture. Un des dirigeants qui a fait le voyage en compagnie du président Privert à Jérémie m’a fait une description de la situation dans la ville des poètes, je me suis bien dit que c’est l’Armageddon. Certains des responsables qui ont été sur place n’ont pas pu cacher leurs émotions et ont bel et bien pleuré. Nous sommes à 840 morts (source: Reuters; i Télé) selon le décompte officiel et il y a encore des gens qui sont portés disparus et des cadavres qui n’ont pas été comptabilisés. Les habitants du Grand Sud sont aux abois. Certaines villes et/ou communes sont quasiment coupées du reste du monde. Pour les venir en aide, il faut bien utiliser des hélicoptères, ce dont nous ne disposons pas en quantité suffisante. Avec l’aide de l’armée américaine, on peut bien atteindre certains lieux, mais est-ce que le Ministère de l’Intérieur est à même de planifier à présent pour venir en aide à ces sinistrés désespérés ?

Le gouvernement vient de  donner des garanties qu’il va déployer des moyens dans le cadre d’un plan d’urgence pour assister les victimes et rebâtir les villes. Nous connaissons l’état précaire des finances publiques, nous nous demandons si le gouvernement aura les moyens de sa politique. Devant la gravité des faits, nous devons prendre un sursis sur la politique pour aider les victimes. L’Etat haïtien est impuissant face à un tel désastre. Nous allons devoir combiner nos efforts pour aider le gouvernement à faire face à cette tragédie. Je commence à voir que de nombreux candidats dans un esprit de campagne commencent à courtiser les victimes. Mais, au nom de la décence, nous les demandons de cesser leurs actions et de converger leurs efforts dans un esprit de solidarité pour aider effectivement les sinistrés sans tambour ni trompette. Les candidats à la présidence doivent donner le ton et faire la solidarité pour soulager la peine des victimes. Le moment n’est pas opportun pour parler de légitimité du gouvernement ou non comme le font certains directeurs d’opinion. Nous devons nous unir, serrer les coudes pour donner une réponse appropriée et voler au secours des gens affectés. Nous demandons aux politiciens grands affamés de donner une chance au peuple haïtien. Nous savons qu’à chaque catastrophe la liste des millionnaires en Haïti s’agrandit. Nous souhaitons que cette fois-ci, ceux qui sont détenteurs de grands moyens feront le nécessaire pour venir en aide à ceux qui sont affligés, dépossédés et victimisés.

Le tableau est sombre
Nous faisons appel à nos frères et sœurs de la diaspora. Nous les demandons de faire des efforts pour aider la patrie à genoux. Les associations régionales doivent se revitaliser pour accompagner les communes et les zones les plus touchées. Nous saluons le courage de certains compatriotes qui, depuis le début de la semaine commencent à bouger pour dynamiser la diaspora afin qu’elle puisse jouer son rôle adéquatement dans l’effort de reconstruction post-désastre. Nous souhaitons que les églises haïtiennes de la diaspora puissent jouer un rôle prépondérant à côté des missions diplomatiques et des organisations de bienfaisance pour apporter de l’aide à nos compatriotes affectés par le passage de l’ouragan Mathieu. Nous tenons à saluer l’effort du gouvernement haïtien qui veut donner le ton en jouant un rôle proactif dans l’organisation et la gestion de l’aide accordée aux victimes. Cette fois-ci, nous n’allons pas permettre aux grandes institutions internationales versées dans l’humanitaire de faire leur beurre sur le dos des sinistrés. Nous avons assez d’experts en gestion post-désastre capables de monter des plans adéquats et de les exécuter avec brio. « Les ONGs ne doivent plus être (sèl kot chante) dans le pays.....L'Etat doit diagnostiquer et faire le suivi des dégâts pour apporter de vraies réponses. »

Le gouvernement ne doit pas négliger de faire appel aux instances internationales pour demander de l’aide. Même quand des pays amis sont disposés à nous supporter, le gros du travail doit être effectué par les Haïtiens eux-mêmes dans un esprit solidaire, surtout ceux qui vivent en dehors d’Haïti. Nous devons montrer au monde entier que nous sommes un peuple solidaire et que l’union fait la force réellement. Cessons de critiquer le gouvernement en place de façon négative, mais venons avec des critiques constructives pour les porter à agir dans le but ultime de faciliter le bien-être de nos compatriotes. Nous sommes un peuple résilient, nous arriverons à sortir de ce marasme avec notre agilité, savoir-faire et détermination. Avec Dieu, nous pouvons faire des miracles. Unissons-nous dans l’intérêt commun d’Haïti, notre chère patrie.

Kerlens Tilus  10/07/2016