Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Sunday, May 17, 2015

Le Drapeau haïtien : 212 Ans de messages d’Union, et pas encore un seul accusé de réception

Par:Raoul Lorfils Jr. pour HCN
Ce 18 Mai 2015, c’est une communauté haïtienne tant en Haïti que dans la diaspora, désunie, en guerre contre elle-même, mise en lambeaux, dépassée par le temps et les événements, qui s’apprête à célébrer le 212e anniversaire du Drapeau national, symbole de l’Union des Noirs et des Mulâtres dans le cadre de la lutte qui a conduit au 18 novembre 1803 et au 1er janvier 1804.

D’un autre côté, c'est un drapeau en pleurs, meurtri, ignoré et méprisé du  rouge au bleu, du corps à l’esprit, qui se prépare, malgré lui, à souffler sur ses bougies en vue de commémorer la 212e année de sa création en 1803, au Congrès de l’Arcahaie par le Général Jean-Jacques Dessalines et Catherine Flon...

C’est avec la rage au cœur que nos bisaïeuls regardent leurs petits fils se laisser, faute de protection, dénaturer et dénuder de toute culture patriotique, de leur dignité nationale et du sentiment d’appartenance à ce sol qui les a vus naître. C’est avec un goût aigre sur la langue et (non du regret mais) de la colère sur la conscience qu’ils nous regardent ignorer leurs voix, perdre nos racines et nous détourner de la voie qu’ils nous ont tracée au fort prix de leur sueur et de leur sang.

Point de notion de civisme ni de Patriotisme. Nos écoliers et étudiants ne connaissent plus ou oublient presque les paroles de notre hymne national (la Dessalinienne) et perdent donc toute conscience de la portée symbolique de ce « Drapeau pour lequel » Justin Lhérisson a écrit « … Mourir Est Beau ! » Même nos héros nationaux, ceux qui nous ont laissé cet héritage sacré, n’ont plus la même valeur historique qu’ils ont gagnée sur les champs de bataille, aux yeux d’une grande majorité, depuis que l’on a commencé, pour des raisons politiciennes, à les placer les uns contre les autres (Pétion VS Dessalines), et créant ainsi un clivage viscéral entre certaines couches de la vie nationale. La phrase suivante remonte peut-être d’une ancienne lecture ou elle est peut-être le fruit de l’inspiration de l’auteur de ce texte : L’une des meilleures façons pour affaiblir jusqu'à détruire une Nation c’est de commencer par affaiblir ou détruire son histoire. Dans le cas d’Haïti, sommes-nous l’ennemi ? Réfléchissons 212 fois avant de répondre.

« On ne se met presque plus debout pour chanter l’hymne national, et ceux qui s’efforcent à se conformer à ce principe se font la risée de tous, car cet acte ne vaut plus qu’un numéro de cirque. Les jeunes manquent d’exemple vivant et s’effondrent petit à petit. » se plaignent certains...


Notre Patriotisme est sommeillant voire comateux et n’est sujet qu’à de brusques réveils provoqués, parfois par les grandes réalisations de personnalités d’origine haïtienne, d’autres fois par des frappes violentes de catastrophes naturelles et le plus souvent par des moments de fortes tensions comme la profanation du drapeau ou le meurtre d’un ou de plusieurs compatriote(s) en terre étrangère. Cela nous vaut le titre d’ « un peuple qui ne s’unit que dans le malheur. » C’est dommage, mais c’est l’image que nous projetons depuis les 211 ans de la proclamation de notre indépendance et les 212 ans de la création de notre étendard de peuple. Et le Drapeau en est déçu ! C’est donc un Drapeau triste qui verra ce lundi 18 mai 2015, en dépit de toute la série de festivités qui sera organisée ici et ailleurs…

MAIS, nonobstant tous ces obstacles, à l’occasion de ce 212e, c’est un bicolore fort et fier, un médiateur héroïque qui a su depuis 212 ans défier le vent, le soleil, l’eau, le feu pour se faire le  Porte-parole de nos ancêtres, qui persiste et persistera à nous répéter, plus de 212 fois, ce même message : « L'UNION FAIT LA FORCE, L’UNION FAIT LA FORCE, L’UNION FAIT LA FORCE …! » …  une note de Jean-Jacques Dessalines, d’Alexandre S. Pétion, d’Henry Christophe, de Toussaint Louverture et tous les autres qui se sont unis pour défendre nos droits jusqu'à leur dernier soupir.  Ce message, à travers le Drapeau National, est adressé aux filles et aux fils d'Haïti , car si nous sommes aujourd’hui une Nation libre, le premier peuple indépendant de l’histoire des Noirs dans le monde, c’est le fruit de l’Union. Elle a toujours Fait notre Force, notre dignité, notre fierté. Et le meilleur cadeau qu’on puisse offrir au bicolore (bleu et rouge) en ce jour, c’est de recevoir ce message et de s’engager à l’appliquer au profit d’Haïti et de ses enfants.

Nous devons garder en mémoire aussi que  le meilleur héritage à léguer aux générations futures d’un pays, outre les routes, des institutions fortes et autonomes, des infrastructures favorisant le développement durable, c’est l’Amour de la Patrie. Car il est évident que nul ne peut avoir la volonté réelle ni le désir de servir ou protéger une terre pour laquelle il ne lui a été inculqué aucun sentiment d’appartenance et d’amour.

Aimons notre Haïti! Recevons et appliquons le message d’Union  que nous livre notre Drapeau !C’est notre seul chemin menant au changement, au développement, au progrès et de reconquérir notre souveraineté nationale au nom de nos ancêtres

Raoul Lorfils Jr.






Regardons à présent le message que nous livre cette vidéo... 
.