Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Saturday, October 24, 2015

Candidats schizophrènes à l’assaut du pouvoir

Par Max Dorismond
 mx20005@yahoo.ca     
Douze des 54 candidats aux élections
présidentielles 2015.                            
Cinquante quatre candidats officiels acceptés parmi le millier de présidentiables à miser sur la loterie nationale! Ce n’est pas possible ! Pourquoi sommes-nous arrivés là ? « Est-ce une assemblée de chats pour discuter du bien-être des rats »?
         
Au fil de mes questionnements, j’ai posé diverses hypothèses pour me faire à l’idée que le chômage endémique,  la multiplication des Universités, le nombre croissant de jeunes formés à l’étrange etc… seraient peut-être les causes de cette prolifération et de cet engouement pour la chose publique.
         
Suite à mes recherches, je crois découvrir d’autres raisons à partir d’une vidéographie où le curriculum des candidats a été exposé. 
         
Newton St-Juste et André Michel
En Haïti, le fondateur d’un parti politique se voit toujours candidat même après cent ans. Il est indélogeable, même si ses idées s’avèrent scléroser après cinq ou dix essais infructueux. Tous les membres d’un parti se croient présidentiables, avec ou sans formation, sans contacts, sans adeptes. Dans leur pensée, il n’y a pas de strates, c’est la présidence ou rien, d’où leur propension à trahir le candidat choisi à la première contre-offre. Certains qui, avec des dossiers criminels longs comme le bras, avaient bénéficié jadis de l’immunité parlementaire, pensent aujourd’hui qu’on n’est mieux servi que par soi-même. Ils visent le confort de la première magistrature pour se protéger contre les rigueurs de la loi. Des amis de longue date, tels que Newton St-Juste et André Michel, luttant la main dans la main depuis des lustres contre la gabegie nationale, se sont séparés en fin de compte dans l’inimitié pour se lancer, tous les deux, tête la première, dans la course. Aucun ne désire laisser la chance à l’autre. L’amour du pays ne peut être collectif. Dans le milieu religieux, principalement chez les protestants, la fédération s’était réunie pour présenter un seul candidat. Faute de consensus, tous voulant être choisis. C’est l’éclatement. Plusieurs pasteurs sont partis dans toutes les directions pour former avec leurs ouailles leur propre plateforme en vue de briguer le fauteuil qui les placera à la droite du Seigneur au Palais national.


Les 54 aspirants à la présidence d'Haïti

      
Dans cette galerie de clowns, plusieurs auraient entendu des voix leur confirmant qu’ils deviendraient président d’Haïti cette année. C’est le moment ou jamais. Ce qui explique leur empressement à cheminer en toute hâte vers la grande maison, d’où cette foule d’élus des dieux qui se pressent à la porte.
            En conclusion, je peux fermer la parenthèse avec cette note d’un sage qui soutient que «  si tu parles à Dieu, tu es croyant. S’Il te répond tu es schizophrène ».  Soyez vigilants, frérots !

Max Dorismond  mx20005@yahoo.ca