Discours d'Etzer Vilaire à la mémoire des héros de l'Indépendance, de Charlemagne Péralte... 

Saturday, May 7, 2011

Maman tu n'as pas d'égale !


Auteur:Jean Erich René erichrene@bell.net
Ottawa le 6 mai 2011

En ce jour de la fête des mères, j'entends le doux chant du rossignol qui rend un hymne de gloire à toutes les femmes qui ont accepté le lourd sacrifice d'enfanter afin d'assurer la reproduction de l'espèce humaine sur la planète terre.
En ce jour de la fête des mères, j'entends le bruit du marteau et des cisailles de l'orfèvre qui incruste dans l'or, le diamant et l'émeraude les brillantes qualités de la mère qui met tout en oeuvre pour assurer une éducation soignée à ses enfants.
En ce jour de la fête des Mères, j'observe le pinceau de l'artiste qui colore les charmes de l'éternel féminin en attribuant à la mère un rôle de premier plan. Que dire du poête qui, non seulement chante sa beauté, mais encore lui confère les mêmes vertus que le printemps qui embaume notre vie et le soleil qui embrase la nature.

Toi qui portes le germe de la vie
Toi qui jouis du pouvoir exclusif de donner naissance,
Toi qui as vécu les douleurs de l'enfantement,
Dis-moi comment as-tu fait pour résister à tant d'épreuves?
Dis-moi de quels matériaux tu es faite ?
Tu n'es jamais fauchée !
Tu nous as mis au monde
Tu nous a allaités
Tu nous as appris à marcher
Tu nous as initiés à l'usage de la parole
Tu joues à la fois tous les rôles
Tu nous préviens du danger
Tu nous donnes à manger
Dis-moi combien tu as reçu en retour?
Quel est le montant de ton chèque?

Rares sont tes enfants qui, en ce jour de ta fête, ont pensé à te griffonner quelques mots sur une carte voire t'envelopper un petit cadeau, juste pour te prouver leurs gratitudes pour tout ce que tu as fait. Malgré tout, tu ne déchantes pas. Comme Edith Piaff tu déclares solennellement: "Je ne regrette rien".
Au contraire, tu es toujours prête à les accueillir dans les mêmes sentiments, à garder leurs enfants pendant qu'ils sont au travail ou pendant qu'ils prennent leurs ébats. Tu es le soldat infatigable qui veille jour et nuit sur tes enfants et tes petits enfants chéris.

Tu es la conseillère
Tu es la cuisinière,
Tu es la lessiveuse,
Tu es la repasseuse,
Tu es la gardienne
Il suffit d'une courte absence
Pour apprécier la différence
Tu es irremplaçable
Ton amour n'a pas d'égal
Ta patience n'a pas de borne
Ton dévouement n'a pas de prix
Ta bonté est illimitée

Comme la brise à la tombée de la nuit,
De ta présence jamais on ne s'ennuit
Tu aménages tout au sein du foyer
Parfois tu n'as pas l'argent du loyer
Il ne faut jamais critiquer une mère
Même lorsqu'elle sacrifie son corps
Surtout pour élever ses enfants
Te voilà assise au coin de la rue avec tes étales pour recueillir quelques sous afin de compléter le maigre budget familial. Quelles que soient tes recettes, tu dois faire de ton mieux pour joindre les deux bouts. Parfois tu rentres bredouille mais tu n'oses le dire à tes enfants.

A la fois épouse et mère
Tu n'es jamais amère
Tout le bonheur de ta famille dépend de toi.
Il y a toujours du réconfort sous ton toit
Que c'est triste une maison sans mère!
La mère haïtienne, même lorsqu'elle n'a pas fait de grandes études, avance des propos dignes des plus grands philosophes. Elle connaît parfaitement le milieu ambiant et guide ses enfants par ses sages conseils. Souvent dans un vernaculaire profond, elle prononce des phrases lapidaires, pleines de sous-entendu et de menaces pour vous garder sur le droit chemin. Ecoutez:

Ti gason veye vant ou, sak antre pa sòti.
Mache chèche pa dòmi san soupe
Pa fè tout zanmi konfyans, zanmi mennen zanmi la jistis
Zegwi koud rad men se zepeng ki toujou al lan nós.
Ou wè jodi, ou pa konn demen
Ganga ba w pwen li pa di w dòmi gran chemen
Marie Rose m pale w ,ou pa vle koute' m map tan' n ou lan kafou tenten.
Madjerit lajan gason se manje moun chich, profite vwayaje pandan ke lanmè ya bèl
Sak fè w cho wa, la fè w frèt
En ce jour de la fête des mères, nous avons une pensée spéciale pour cette femme qui vient d'accompagner son fils au tombeau. Sa douleur est encore pire qu'à son enfantement.
Toi qui pleures ton fils défunt,
Toi dont le coeur s'épanche en émettant des plaintes
Le monde indifférent reste sourd à tes complaintes
Toi qui ne cesses de penser à ton fils disparu
Rappelle-toi que Marie mère de Jésus a connu les mêmes douleurs que toi au moment de la crucifixion de son fils. Elle s'est consolée quand elle a compris que Jésus a sauvé l'humanité en passant par la croix.
Mère éplorée, quelle que soit ta douleur, sèche tes larmes, ton fils appartient au séjour des bienheureux.
Ma Mère quoique morte m'a laissé des souvenirs indélébiles
Je m'y réfugie autant de fois que je me sens très débile
Quoique dans l'autre monde, j'entends encore sa voix
Dans mes tourments, elle m'indique la meilleure voie

A toutes les mamans qui ont le privilège de recevoir le chaud baiser de leurs enfants
A toutes les mamans qui ont la chance de respirer le doux parfum des bouquets reçus
A toutes les mamans qui à cause de l'indifférence de leurs enfants se sentent déçues
A chacune de vous, j'offre la conjugaison de mon coeur du verbe aimer comme régal
A vous toutes, je souhaite: Bonne fête maman, vraiment tu n'as pas d'égale.
Oublie tes douleurs et tes chagrins , hume le doux parfum de ces pétales


N.B: Nous voulons rappeler à nos aimables lecteurs que la célébration de la fête des mères en Haiti se fait en général le dernier dimanche du mois de Mai. Cette année ce sera le 29 Mai. Alors ! Bonne fête des mères aux mamans de la diaspora en ce dimanche 8 Mai 2011, jour qu'on célèbre cette fête.
Maintenant , nous vous proposons en bas une chanson de Gérard Dupervil qui reste encore gravée dans la mémoire de plus d'un… Une exclusivité de Haiti Connexion Network .